Bob Dylan 101: The Freewheelin' Bob Dylan | The Official Bob Dylan Site
 
 
 

Bob Dylan 101: The Freewheelin' Bob Dylan

The Freewheelin' Bob Dylan – Columbia – 1963


C’est un jeune homme qui allait à grands pas vers son destin, et c’est exactement ce que l’on trouve entre les sillons de ce disque. Oubliez tout ce que vous avez déjà entendu au sujet de Bob Dylan. Ne réfléchissez pas en termes de « Folk » ou de musique acoustique. Ecoutez simplement, faîtes le vraiment.

« Blowin’ The Wind » brise le mur entre le bien et le mal tout en refusant d’offrir une réponse ou de porter quelconque éclairage sur une réponse simple en apparence. En se retrouvant assis ici tout en écoutant « Down The Highway », on a l’impression de se trouver dans une cave en train d’observer les plus belles peintures créées par une de ses voix qui crie dans les espaces sauvages. « A Hard Rain’s a-Gonna Fall” symbolize le Rock and Roll dans sa version la plus primitive. On y reconnait aussi bien Elvis Presley que Woody Guthrie alors que ce ruban d’autoroute se déroule devant nous. La performance est tout aussi sombre que prémonitoire et elle nous fait plonger dans son ambiance de l’anti-comptine patriotique avec cette séduisante lassitude du monde. Il est intéressant de remarquer que juste aux côtés des compositions les plus engagées de Bob Dylan comme “Masters of War” et “Oxford Town” siègent deux de ses histoires d’amour les plus déchirantes : “Girl From The North Country” et “Don’t Think Twice, It’s All Right”. Le disque contient quelques unes de ses phrases les plus drôles, comme celle-ci, extraite de « Talkin’ World War III Blues » : « assis dans ma Cadillac. Une bonne voiture à conduire après la guerre ».

Ce n’était pas seulement le début pour Bob, mais plutôt également la fin de quelque chose au moment où il se mit à marcher au milieu de la rue avec Suze Rotolo, tous les deux saisis jusqu’aux os par le froid. Ce disque est comme une épiphanie et doit être écouté si vous voulez vraiment connaître le Bob Dylan de la chanson et de la danse, tel qu’il a été et continue de l’être aujourd’hui.

Charles Cicirella