House Carpenter: A Song's Journey Through the Archives | The Official Bob Dylan Site
 
 
 

House Carpenter: A Song's Journey Through the Archives

Par Tom Tierney,
Directeur de la Bibliothèque d'Archives de Sony Music

Quelque part au milieu de sessions d’enregistrement de novembre 1961 qui ont donné vie au premier disque de Bob Dylan sorti chez Columbia Records, la chanson House Carpenter fut extraite du répertoire de Bob puis couchée sur bande : elle ne fut pas retenue sur le tracklist final de l’album mais la performance du chanteur rivalisait voir surpassait celles des autres chansons finalement sélectionnées.

Où est-ce que cet homme de 21 ans avait pu trouver cette ballade ? Et bien, il a du l’entendre pour la première fois sur le volume « Ballads » de la collection “The Anthology Of American Folk Music,” compilé par Harry Smith pour Folkways en 1952. La version utilisée sur ce disque (sans autorisation, soit dit en passant) fut publiée en premier par Columbia dans les années 30, et interprétée par Clarence « Tom » Ashley, joueur de banjo borgne.

Cette carte extraite des archives de Sony Music permet de comprendre comment House Carpenter est sorti. Le numéro de matrice de la chanson, W194982, est le numéro unique d’identification donné à un master chez Columbia, et la référence 15654-D est le numéro du disque lui-même (le block 15000 représente la légendaire série « hillbilly » du label). La chanson enregistrée le 14 avril 1930 fur commercialisé en mai 1931 avec une commande initiale passée par l’usine de Bridgeport (« Bpt.) pour 765 exemplaires, avec un supplément (incroyablement dérisoire) de 35 exemplaires pour la côte ouest et son usine située à Oakland en Californie. Les chiffres « 588 » et « 30 » écrits à la main indiquent d’habitude le nombre de disques vendus par mois, mais de façon assez mystérieuse, ces chiffres furent portés sur des boites indiquant les ventes précédent la sotie de la chanson. Erreur humaine ou un malheureux raccourci d’écriture perdu à jamais dans l’histoire ?

Mais de toute façon, la chanson allait finir par recevoir sa captation la plus célèbre 31 ans plus tard : voilà une « feuille de travail » de Columbia qui référencie cette journée au Studio A à New York City :

L’homme avec le stylo bleu était John Hammond, et il supervise ceci, à savoir la seconde session d’enregistrement pour le projet “Bob Dylan”, le 22 novembre 1961, de 14:30 à 17:25. (Avec 9 chansons couchées sur bande cela laisse environ 20 minutes par chanson) Les numéros « CO » assignés à chaque chanson sont les identifiants uniques pour chaque master de Columbia Records enregistrés à New York (ceux de Hollywood furent catalogués HCO, Nashville NCO etc…). Et voici une autre carte pour ceux-ci également :

Les CBS Artist Contact Cards (qui comme le nom ne l’indique pas ne sont ni des contrats ni des cartes) listent également les données de sessions d’enregistrement de Columbia, mais plus utile pour le directeur artistique et aux personnes en charge du planning des sorties qu’aux équipes des studios d’enregistrement.

Ces documents furent créés par le département promo de Columbia avant la sortie : un trait de crayon indiquait si le master allait être commercialisé sous la forme d’un album ou d’un single (les lignes sur les masters qui finissaient à la poubelle étaient laissées intactes). Les deux chansons sur cette page et qui ont atterrit sur l’album « Bob Dylan », “See That My Grave Is Kept Clean” et “Fixin’ To Die,” ont des numéros d’album Mono et Stéréo (avec des dates de sortie) inscrits à l’extrême gauche de « Grave », et les numéros des matrices Mono et Stéréo de l’album sur la gauche.

Heureusement, personne chez Columbia en 1991 n’a repris ces documents et n’a rajouté des coups de crayons sur les chansons qui étaient sorties pour la première fois sur le Volume 1 de “The Bootleg Series” : et de plus, nous promettons de nous retenir d’ajouter toute nouvelle note à ces documents vinage de la compagnie.

Note : l’enregistrement de Crarence Ashley de “The House Carpenter” fut compilé par le légendaire Harry Smith sur le premier coffret Anthology of American Folk Music sorti chez Folkways en 1952.
Ce coffret qui n’a cessé d’influencer de nombreux musiciens depuis sa sortie est toujours disponible, reste vivement recommandé.

La version de « House Carpenter » de Bob Dylan est disponible sur le coffret "The Bootleg Series, vol. 1-3: Rare and Unreleased 1961-1991"