Playlist : Cinq chansons pour une froide journée d’hiver | The Official Bob Dylan Site
 
 
 

Playlist : Cinq chansons pour une froide journée d’hiver

Bob Dylan 101 Playlist : Cinq chansons pour une froide journée d’hiver/b>

Ecouter cette playlist

Talkin’ New York [Bob Dylan – Columbia – 1962]
Une des deux compositions originales dans ce premier album de Bob Dylan. La chanson dépeint ses sentiments à son arrivé à New York, les fois où il a joué dans des cafés à Greenwich Village et sa vie avant qu’il ne signe un contrat avec une maison de disques. « Walk around with nowhere to go / Somebody could freeze right to the bone / I froze right to the bone.” (“ A se balader sans nulle part où aller / On pouvait se geler jusqu’aux os / D’ailleurs, je me gelai jusqu’aux os”).

Girl From The North Country [The Freewheelin’ Bob Dylan – Columbia – 1963]
Peu importe de qui parle cette chanson ou même si elle parle de quelqu’un en particulier. Ca ne nous regarde pas. Ce qui importe c’est la sincérité immense de cette chanson et à quel point quand elle est chantée, même maintenant après toutes ces années, elle fait vibrer notre corde sensible.

On A Night Like This [Planet Waves – Columbia – 1974]
“Hold on to me so tight / And heat up some coffee grounds.” (“Sers-moi bien fort / Et fais chauffer du café moulu »]. Un poète de tous les jours qui décompose les mots mieux que quiconque. Si vous êtes dans un besoin désespéré de chaleur, mettez ce disque et laissez-le agir, agir, agir, agir un soir comme celui-ci.

Winterlude [New Morning – Columbia – 1970]
Bob en tant que gentleman des champs, traînant avec Archibald MacLeish et se rendant complètement saoul. Bob Dylan est un conteur de grandes histoires même quand ces histoires se révèlent être vraies à la fin. Souvenez-vous qu’elles sont des chroniques et pas des mémoires, et il y a une différence entre les deux.

Summer Days [“Love And Theft” – Columbia – 2001]
Chanson parfaite pour vous réchauffer lors d’une froide journée d’hiver. L’homme est réellement un coq de combat et il ne va jamais croire que son moteur commence à caler.

Charles Cicirella